Archéologia hors série n° 32
Le mystère de Mithra, plongée au cœur d'un culte romain

N° 32 - Nov. 21

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

10,00 €

Version en ligne Lecture & conservation numérique dans l'Espace Client

10,00 €

ISSN : 9770570627006

En suivant les traces de Mithra, le Musée royal de Mariemont vous plonge dans l’un des cultes les plus mystérieux et fascinants de l’Antiquité romaine. Dans un monde rempli d’une multitude de divinités, ce dieu venu d’Orient rencontra un succès fulgurant qui perdura plus de trois siècles à Rome et dans l’ensemble de son Empire. À partir d’œuvres célèbres et spectaculaires, mais aussi de trouvailles récentes montrées pour la première fois au public, l’exposition vous invite à un parcours initiatique à la découverte d’un culte atypique qui a suscité bien des fantasmes au cours du temps. Pénétrez au cœur de sanctuaires souterrains, participez aux banquets et à de véritables spectacles rituels, côtoyez des adeptes aux masques de corbeau ou de lion, voyagez d’un bout à l’autre de l’Empire romain et tentez de percer le Mystère Mithra…

Articles

Éditorial
Grand entretien : " Nous souhaitons porter un regard neuf sur le culte de Mithra, nourri des découvertes les plus récentes"
Mithra, un dieu insolite
Le culte romain de Mithra

Les itinérances de Mithra

Étudier le culte de Mithra à travers l’Empire revient à analyser chaque communauté comme un cas particulier. Parce que Mithra ne fut jamais accueilli dans le panthéon officiel de Rome, les groupes d’adeptes durent s’autogérer et s’autofinancer, bénéficiant de la générosité de quelque bienfaiteur ou de l’effort collectif de ses membres. Cette précarité économique et matérielle, les catastrophes naturelles, les conflits internes à l’Empire, les raids venus de l’extérieur donnèrent aux lieux de culte ce caractère singulier de l’éphémère. Que l’on se trouve en Gaule, en Hispanie, en Germanie, la vie d’une communauté mithriaque n’était jamais pérenne. Si la communauté s’agrandissait, on n’hésitait pas à construire ou aménager un second temple, parfois à quelques mètres du premier. Si elle rétrécissait, ou perdait son chef, elle pouvait disparaître aussi vite qu’elle était apparue. En laissant toutefois parfois des traces...
- Sur les traces de Mithra, des Gaules à la Lusitanie
- La disparition d’un culte antique
- Mithra d’hier et d’aujourd’hui

Auteur : Veymiers Richard - Amoroso Nicolas - Bricault Laurent

Magazine : Archéologia hors série n° 32 Page : 46-63

Vous aimerez aussi

ART RUPESTRE DANS L'ENNEDI

ART RUPESTRE DANS L'ENNEDI

Le corps féminin dans l'art préhistorique

49,00 €

Découvrir
LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

97,00 € 69,00 €

Découvrir
L’art mystérieux des TÊTES RONDES au Sahara

L’art mystérieux des TÊTES RONDES au Sahara

97,00 € 49,00 €

Découvrir
Le temps de la Préhistoire

Le temps de la Préhistoire

107,00 €

Découvrir