Archéologia n° 542
Révélations sur l'homme de Florès

N° 542 - avril 2016

7,30 €

ISSN : 0570-6270

C’est à une remontée dans le temps de plusieurs millions d’années que vous convie ce mois-ci Archéologia : la découverte de traces de boucherie sur des ossements mis au jour dans les contreforts de l’Himalaya, vieilles de 2,6 millions d’années, remet en cause l’hypothèse d’un seul foyer originel d’hominisation, situé en Afrique, qui aurait essaimé ensuite à travers le monde, et laisse penser qu’un autre foyer serait apparu en Asie. Archéologia présente, parmi les premiers, les études de la mission archéologique française en Inde.

Dans ce numéro aussi, le crâne de l’homme de Florès parle : découverts sur l’île de Florès en Indonésie en 2004, les restes d’au moins neuf individus avaient suscité beaucoup d’interrogations. De quel type d’homme s’agissait-il? L’étude du crâne fossile d’une femme, Liang Bua 1, apporte, en partie, une réponse à ces questions.

Plus proches de nous resurgissent des sites et des monuments oubliés: un ensemble de stèles gravées du Ve millénaire découvertes entre Nantes et Cholet, qui constitue un nouveau foyer de l’art mégalithique de l’ouest de la France; l’abbaye d’Aurillac, qui fait l’objet de «la fouille du mois» et dont le cimetière carolingien vient d’être mis au jour; il confirme son importance dans la chrétienté médiévale et promet de telles découvertes que le projet immobilier qui devait s’implanter sur la zone a été abandonné; le musée de Monuments français, créé par Alexandre Lenoir, qui accueillit les œuvres d’art saisies à la Révolution et leur servit de refuge à l’heure où les destructions étaient courantes : le musée du Louvre lui consacre une belle exposition qui fait revivre son histoire.

Avec Hubert Robert enfin, lui aussi exposé au Louvre dans le cadre de la lumineuse saison consacrée au XVIIIe siècle, c’est une archéologie de l’imaginaire qui resurgit, où se mêlent les ruines de la Rome antique et la fantaisie du peintre. Il fait l’objet du bel archéofolio qui clôt ce numéro qui invite au voyage et au rêve.

Actualités

Articles

«Un trésor sous les patates» : Des ors de l’âge du Bronze découverts dans le Nord
Apparition de l'homme. Un nouveau foyer en Asie?
L'homme de Florès. Son crâne nous renseigne sur ses origines
Trafic des Antiquités en Syrie. Réalité et propagande
Aurillac. Les vestiges retrouvés d'une immense abbaye
Entre Nantes et Cholet. Un art monumental préhistorique
Un musée évanoui. Le musée des Monuments français
Égypte ancienne. De l'efficacité d'un traitement contraceptif à base d'excréments de crocodile

Hubert Robert et la poétique des ruines

Dans le cadre de la faste saison culturelle consacrée aux arts du XVIIIe siècle, le musée du Louvre propose une exposition sur l’un des plus grands peintres de cette époque: Hubert Robert (1733-1803). Au travers de 140 œuvres (dessins, peintures, esquisses, gravures ou ensembles décoratifs), pour la plupart de magistrales réalisations, nous découvrons celui qui fut, en véritable homme des Lumières, tout à la fois peintre, philosophe, paysagiste, architecte, maître d’œuvre, personnage officiel et l’un des premiers conservateurs, attentif et engagé, du «Muséum spécial des Arts», futur musée du Louvre. Dans cet archéofolio, nous vous présentons quelques-unes de ses œuvres, les plus représentatives de son goût si particulier pour l’antique et les ruines.

Magazine : Archéologia n° 542 Page : 64-67

Le déclic de Julio C. Bendezu-Sarmiento

Vous aimerez aussi

1 reliure Archéologia

1 reliure Archéologia

1 reliure - 19,00 €

19,00 €

Acheter