Archéologia n° 555
La grotte Mandrin bouleverse nos connaissances

N° 555 - Juin 17

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,50 €

Version en ligne Lecture & conservation numérique dans l'Espace Client

9,50 €

ISSN : 9770570627006

En ce mois de juin, Archéologia a décidé de mettre à l'honneur une fouille encore peu connue mais qui risque de bouleverser nos connaissances sur l'histoire des peuplement du couloir rhodanien, en particulier sur la possible rencontre entre des Néandertaliens et des populations d'Homo sapiens. La Grotte Mandrin, dans la Drôme, a été fouillée sans interruption depuis 1990. C'est le dégagement d’une culture archéologique remarquable, le Néronien, qui vient relancer le débat sur la plus ancienne migration de notre ancêtre, l’Homme biologiquement moderne, en Europe.

Plus au sud, le musée Arles antiques consacre une magnifique exposition au Trésor de Berthouville, découvert au XIXe siècle et d'ordinaire conservé à la Bibliothèque nationale de France. Ces pièces somptueuses servent à aborder la thématique du luxe dans l'Antiquité romaine.

Nous vous proposons également de découvrir deux articles traitant de la couleur dans l'Antiquité. Le premier aborde architecture et sculptures, et pose la question de savoir quelle était la véritable polychromie des Grecs anciens. Longtemps niée, elle a fait l’objet de restitutions spectaculaires – mais souvent bien éloignées de l’art subtil de l’harmogé défini par Pline l’Ancien. Les méthodes scientifiques permettent aujourd’hui d’appréhender toute la subtilité de la palette. Quant à la seconde contribution, elle s'intéresse à la virtuosité des teinturiers antiques. L'analyse de textiles découverts en fouilles et aux somptueux coloris permet de saisir la haute maîtrise techniques de ces artisans ainsi que le goût des Anciens pour la pourpre.

Notre rubrique "Visite" vous conduira au musée d'Aoste, ancienne Vicus Augustus, ville d'artisans à fleur de terre. S'il ne subsiste aujourd'hui que très peu de vestiges construits de l'antique cité, celle-ci nous offre toutefois d'importants témoignages de l'intense activité qui fut la sienne, au carrefour de voies majeures de communication. La découverte récente d’un ensemble du début du Moyen Âge pose d’ailleurs d’intrigantes questions…

L'archéfolio est consacré à une exposition très amusante qui se tient au musée Saint-Raymond de Toulouse et intitulé Le vase qui parle. Grâce à la reproduction géante d’une céramique grecque conservée au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur laquelle sont représentés des sujets liés à la guerre de Troie, nous découvrons des histoires de dieux, de déesses, de héros et de valeureux guerriers !

Sans oublier notre guide des Journées nationales de l’archéologie qui auront lieu du 16 au 18 juin. Archéologia est partenaire de la huitième édition de ces Journées organisée par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) sous l’égide du ministère de la Culture et de la Communication. Fouillez dans le programme détaillé sur journees-archeologie.fr !

Actualités

Articles

Vie et mort dans le désert de Sechura
L'objet du mois : le bâton percé aux "diablotins"
La grotte Mandrin. Derniers Néandertaliens et premiers Hommes modernes en vallée du Rhône
Entretien avec Rob Hope, réalisateur du documentaire "Crépuscule néadertalien… pour aube moderne"
La couleur dans l'Antiquité. Quelle était la véritable polychromie des Grecs anciens?
Le trésor de Berthouville. Le luxe antique s'installe à Arles
Textiles. Virtuosité des teinturiers antiques
Vicus Augustus. Une ville d'artisans à fleur de terre

Archéofolio. Le vase qui parle

Si les vases grecs pouvaient parler, quelles histoires nous raconteraient-ils? Telle est la question que pose la nouvelle exposition du musée Saint-Raymond de Toulouse. Grâce à la reproduction géante d’une céramique grecque conservée au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur laquelle sont représentés des sujets liés à la guerre de Troie, nous découvrons des histoires de dieux, de déesses, de héros et de valeureux guerriers! Intitulé Le Vase qui parle, l’événement détaille les personnages décorant cette terre cuite façonnée vers 575-540 avant J.-C. Réalisée en 2013 et auparavant exposée à Lille, la reconstitution géante a été conçue par l’université Lille 3 et par Dévocité, avec des moyens de haute technologie. Faite pour conserver des huiles aromatiques, l’objet présente sur ces flancs trois scènes peintes. Il est mise en parallèle avec six vases grecs des collections toulousaines exceptionnellement sortis des réserves. Une occasion très interactive et ludique de plonger dans la mythologie grecque.

Magazine : Archéologia n° 555 Page : 52-55

Vous aimerez aussi

ART RUPESTRE DANS L'ENNEDI

ART RUPESTRE DANS L'ENNEDI

Le corps féminin dans l'art préhistorique

49,00 €

Découvrir
LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

97,00 € 69,00 €

Découvrir
L’art mystérieux des TÊTES RONDES au Sahara

L’art mystérieux des TÊTES RONDES au Sahara

97,00 € 49,00 €

Découvrir
Le temps de la Préhistoire

Le temps de la Préhistoire

107,00 €

Découvrir